SÉGUIN DIT LADÉROUTE | Le Québec, une histoire de famille

Mur (activités récentes)

origin-static.lequebecunehistoiredefamille.com/communaute/seguin-dit-laderoute

Vous devez être connecté pour inscrire un commentaire.

Connectez-vous
  • Sophie Drainville

    Il y a 9 jours

    Bonjour,
    Je suis la petite fille de Leopold Seguin, Epoux de Victoria Berthiaume, Fils de Josaphate Seguin (fils de Louis Seguin et Aurelie chartrand) et Sarah Chaloux (fille de Lin Chaloux et Azelie Larouche). Je cherche a en connaitre plus sur les origines des Seguins et par le fait meme des Chaloux.

    • renee tetreault

      Il y a 9 jours

      lin chaloux tableau ser nos origines

    • renee tetreault

      Il y a 9 jours

      voir tableau complet sur nos origines

    • renee tetreault

      Il y a 9 jours

      le site ici ne permets pas de reponses s.v.p. aller sur un autre site MERCI

  • Jacques Desmarais

    Il y a 3 ans

    Est-ce que quelqu'un aurait des renseignements au sujet de mon ancêtre Appoline Seguin (1759-1799) mariée à Boucherville en 1778 à Toussaint Favreau?

    • Maithe Boutin

      Il y a 3 ans

      Y a ce lien ** http://www.nosorigines.qc.ca/GenealogieQuebec.aspx?genealogie=Apolline_Seguin&pid=873403&lng=fr .....** ID No: 873403 Prénom: Apolline Nom: Seguin Sexe: F Occupation: Naissance: 27 septembre 1759 Paroisse/ville: Boucherville Pays: Canada Décès: 21 août 1799 - âge: 40 Paroisse/ville: Boucherville Pays: Canada

  • Diane Léger

    Il y a 4 ans

    Vers 2012, l'histoire et les origines de mon patrimoine LÉGER est devenue pour moi, Diane Léger une passion. J'ai complété la généalogie de ma famille et découvert beaucoups de faits intéressants sur mes ancêtres. Les familles: Séguin, Raizenne, Groulx, Legault et Leduc ont contribué au patrimoine LÉGER. J'ai mis sur pied un site internet (https://legerdecomoancestry.wordpress.com) et une page FACEBOOK qui présentent mes ancêtres et leur vie. Les arbres généalogiques de ma famille sont présentés. Si vous faite partie des descendants de ces familles, je suis intéressée...

  • Martin Séguin

    Il y a 5 ans

    Je suis Martin Séguin, fils de Ernest Séguin, mon Grand père étais Roland Séguin. Ils ont habiter a Lachute toute leurs vie, mon Grand-père étais originaire l’Outaouais. Marie a Yvette Leseize en 1937

    • Maithe Boutin

      Il y a 4 ans

      Bonjour Martin * Roland Seguin (Ulderic,Rosianne Lafontaine) marié a Yvette Leseize (Pierre,Leocadie Rochon) le 04/09/1937 Saint-Julien,Lachute = Ulderic Seguin (Damase,apolline Deguire) marié a Rosianne Marie Philomène Lafontaine (Joseph,Philomene Givoque) le 29/02/1892 St-Casimir,Ripon,Papineau // Marie

    • renee tetreault

      Il y a 5 ans

      l'association des familles Seguin serait l'endroit a s'addresser MERCI

  • LYNE TOURANGEAU

    Il y a 5 ans

    Merci monsieur Séguin,c'est vraiemnt une belle recherche!
    C'est apprécié!
    Bonjour à tous!

  • Pierre Séguin

    Il y a 5 ans

    ARTICLE DE JOURNAL
    Paru dans la Presse, Samedi le 14 mai 1994

    François Séguin, l’un des premiers censitaires de Boucherville

    Le pays de Bray, une région du nord-ouest du bassin parisien, est la petit patrie de la plupart de nos Séguin. C’est une verdoyante boutonnière bordée de falaises de craie. Deux pionniers portant ce patronyme se sont établis en Nouvelle-France au XVIIe siècle, mais le deuxième, prénommé Jacques, originaire de la Marche, ancienne province de la France, n’eut qu’un fils adulte, et celui-ci semble n’avoir été le père que d’une fille.

    Par contre, le premier, prénommé François, eut une belle famille, soit 11 enfants, bien qu’il fût dit, La Déroute, un sobriquet qu’on lui avait sans doute donné au moment de prendre l’uniforme du régiement de Carignan-Salières. C’est comme soldat de la compagnie de Saint-Ours qu’il débarqua à Québec le 12 septembre 1665.

    Ses parents, Laurent Séguin et Marie Massieu, s’étaient mariés en 1643 à Cuigy-en-Bray, mais c’est à Saint-Aubin-en-Bray qu’il fut baptisé l’année suivante. Les églises de ces communes existent toujours.

    Lors de la démobilisation de son régiment, François décide de se fixer dans la colonie, et il entreprend de défricher un lot dans la seigneurie qui a été accordée au capitaine Pierre de Saint-Ours, mais peut-être souhaite-t-il bientôt se rapprocher de Ville-Marie. Il a rencontré une fille du roi Jeanne Petit, une orpheline originaire de la Rochelle, et il décide de la conduite à l’autel, à Boucherville. C’était le 31 octobre 1672.

    Les Îles Percées

    L’heureuse élue avait franchi l’Atlantique à bord de l’Espérance quelques mois plus tôt. Le couple avait signé un contrat le 21 septembre par-devant le notaire Thomas Frérot. Au nombre des témoins figurent le seigneur Pierre Boucher, son épouse, Jeanne Crevier, et leur fils, également prénommé Pierre.

    C’est que François a échangé sa terre de la seigneurie de Saint-Ours dont il avait pourtant défriché six arpents contre une autre située dans celle des Îles-Percées de Boucherville. Tout en mettant son nouveau domaine en valeur, il semble exercer le métier de tisserand; c’est en tout cas ce qu’il décalre aux recenseurs en 1681. Aux 50 livres que le roi a déposées dans la corbeille de la jeune mariée, Pierre Boucher en a ajouté autant.

    Le lendemain de la signature du contrat de mariage, François achète de Pierre Chaperon une terre de deux arpents de front sur 25 de profondeur, avec grange et maison en construction. Quatre mois plus tard, il la vend, car le seigneur a promise de lui céder une terre de 50 arpents, ce qui devient réalité au début d’avril 1673.

    C’est un hommage que lui rend ainsi Pierre Boucher, car le « Patriarche de la Nouvelle-France » choisit ses censitaires avec beaucoup de soin.



    Nombreux enfants

    En 1674, une première fille, Françoise, voit le jour, François loue une vache appartenant à un autre censitaire, François Pillet. Il lui en faudra une deuxième neuf ans plus tard, car la famille ne cesse de grandir.

    Françoise, en 1694, épousera Charles Patenaude et lui donnera dix enfants.

    Survient une deuxième fille, en 1676, Marie-Madeleine, qui s’unira en 1700 à Antoine Marie (sans progéniture).

    Puit naît un premier fils, en 1678, prénommé François, comme son père; à l’âge de 24 ans, il conduit à l’autel Marie-Louise Feuillon, fille de Michel et de Louise Bercier (10 enfants dont 4 fils).

    Le sixième enfant, Simon, baptisé à la Pointe-aux-Trembles comme ses deux autres frères, en 1684, épouse à l’âge de 22 ans Marie Bau, fille de Jean et d’Étiennette Loré (un fils), pouis en 1715, Deborah Cole, une jeune Anglaise qui avait été faite prisonnière en même temps que sa mère et ses deux sœurs lors de l’attaque du village de Saco, en Nouvelle-Angleterre, au mois d’août 1703. Marcel Fournier, dans son ouvrage intitulé « De la Nouvelle-Angleterre à la Nouvelle-France » nous dit qu’elle fut baptisée à Montréal sous le prénom de Marie-Madeleine et qu’elle eut pour parrain la riche marchand Jacques LeBer. Elle donna neuf enfants à Simon.

    À Détroit

    Le couple Séguin/Petit eut ensuite la douleur de perdre une fillette, Catherine, décédée peu avant l’âge de deux ans, en 1688.

    La même année naissant Jean-Baptiste qui, en 1710 fonda un foyer avec Geneviève Barbeau, fille Jean et de Marie DeNoyon (10 enfants dont sept fils.)

    Une autre fille, Geneviève, ne vécut qu’à peine trois mois.

    Le dixième enfant, Joseph, né en 1692, ne vécut qu’une vingtaine de jours. François et Jeanne se consolèrent en donnant le même prénom à leur dernier fils (Jospeh) en 1674. Celui-ci épousa au Détroit, en 1723, Marie-Françoise Sauvage, fille de Jacques et de Marie-Catherine Jean (une dizaine d’enfants dont sept fils.)

    Sans doute usé par une vie de dur labeur, François vendit la terre qu’il avait reçue de Pierre Boucher à Jean-Baptiste Lamoureux. C’était la fin de novembre 1698, et le prix qu’il en obtint, 850 livres, témoigne de son application à la mettre en valeur. En 1704, il décédait, à l’âge de 59 ans. Quant à son épouse, elle lui survécut près d’une trentaine d’années.

    En septembre 1993, l’Association des Séguin d’Amérique dévoilait une plaque à la mémoire de l’ancêtre François dans l’église de Saint-Aubin-en-Bray.



  • Pierre Séguin

    Il y a 5 ans

    LE NOM SÉGUIN


    ORIGINE



    Le nom Séguin ou Seguin selon le livre français «Le Trésor des noms de famille» un valeureux guerrier se nommait «Sig Win» d’où Séguin en le prononçant à la française c’est-à-dire «Victorieux au combat».

    C’est en Picardie que la remarquable famille de Séguin d’Amérique a commencé. C’est précisément au pays de Bray qu’ont vécu leurs ancêtres.

    Le 14 juillet 1643 Laurent Séguin et Marie Mansieu s’épousèrent à l’église de Cuigny-en-Bray. Le 4 juillet 1644, à Saint-Aubin-en-Bray naquit FRANÇOIS notre ancêtre, fils de l’instituteur Laurent Séguin. Ce jeune et vaillant François partit au port de La Rochelle le 13 mais 1665 comme soldat de la Compagnie de Monsieur de Saint-Ours. Il s’embarqua sur le Saint-Sébastien pour le Nouveau Monde. Quittant famille et patrie qu’il ne reverra pus, c’est dans l’espoir d’une vie meilleure qu’après une longue traversée de l’Atlantique, il aborde les rivages du Nouveau Monde. Les rudes hivers du Canada, les fréquentes batailles avec les Iroquois, rien ne parvient à abattre le courage et l’audace de ce vaillant ancêtre.

    Après quatre années passées à Saint-Ours, il échange sa terre pour une autre située dans la seigneurie des Iles Percées de Boucherville.

    Le 31 octobre 1672 il se marie à Jeanne Petit, arrivée un an plus tôt sur le navire l’Espérance. Jeanne Petit, fille de Jean Petit et de Marguerite Godreau de la paroisse de Ste Marguerite de la Rochelle, cette petite fille de quinze ans, affronte d’abord la terrible traversée de l’Atlantique pour débarquer à Québec comme «fille du Roi» avec pour tout avoir un modeste trousseau et une dot royale de cinquante livres.

    François et Jeanne eurent onze enfants. François mourut à l’hôpital l’Hôtel-Dieu de Montréal le 9 mai 1704 à l’âge de cinquante-neuf ans. Jeanne, son épouse, décéda le 29 mars 1733.


    ARTICLE DE JOURNAL
    Paru dans Le Devoir Vendredi 28 février 1947.

    Les descendants de François Séguin dans la Presqu’île

    Les Séguins originaires du vieux pays de Bray sont de souche picarde. C’est à Cuigny-en-Bray (France), que Laurent Séguin épousait Marie Massieu, le 14 juillet 1643. L’ancêtre canadien de la famille, François fut baptisé l’année suivante à Saint-Aubin-en-Bray. Il s’enrôla très jeune dans le régiment de Carignan, et le 12 septembre 1665 il débarquait à Québec avec la compagnie de M. de Saint-Ours. Il guerroie contre les sauvages et se voit concéder une terre de la seigneurie du Richelieu; cependant, il revient faire de la garnison à Ville-Marie, et le 22 septembre 1672 par acte passé devant le notaire Frérot, il échange sa terre pur une autre sise à Boucherville. La veille, devant le même notaire, il avait passé sont contrat de mariage et le 31 octobre suivant, il épousait à Boucherville Jeanne Petit. C’est le huitième enfant né de ce mariage, Jean-Baptiste, qui fut le premier Séguin à se fixer dans la Presqu’île. On y lit son nom dans le premier recensement de la seigneurie de Vaudreuil dressé par le marquis de Vaudreuil le 2 mars 1725. À cette date, trente concessionnaires habitaient cette seigneurie et trois seulemnt de ces derniers ont laissé postérité jusqu’à nos jours. Comme la date de concession à Jean-Baptiste Séguin est antérieure aux deux autres, la famille Séguin se trouve inconstetablement la plus vieille de tout le comté de Vaudreuil.

    Quatre des fils de Jean-Baptiste, Pierre, Louis, Jean-Baptiste et Jeannot s’établirent à proximité de la terre paternelle pour devenir les ancêtres en ligne directe de toutes les familles Séguin de Vaudreuil et de Soulanges dont le nombre dépasse les 600 et qui constitue de beaucoup le noyau le plus considérable.

    Aucune famille ne fut plus intimement liée à l’histoire du comté de Vaudreuil et aux annales de la paroisse de Rigaud. Sur les 1025 terre de la seigneurie de Rigaud, environ 700 ont été, à une époque déterminée et pour un certain temps, la possession de la famille. Il est à signaler que pour la paroisse de Rigaud seulement, le nombre exact de 5 terres ont été concédées par le seigneur à un membre de la famille Séguin. Une de ces terres est encore en possession des descentdants du concessionnaire et c’est la seule de toute la seigneurie qui se soit transmise sans interruption de père en fils jusqu’à nos jours.

    Le conférencier termine en rappelant une foule de notes historiques pour illustrer la large part accomplis par ses ancêtres dans le défrichement et le peuplement du comté de Vaudreuil. Il repasse la plupart des postes occupés par les siens au tout début de l’histoire de sa région. Un Séguin construisit un pont, fut inspecteur des chemins, fit partit du premier conseil municipal de Rigaud, fut syndic de la première église. Céleste Séguin, née à Vaudreuil et baptisée à Oka le 30 décembre 1782 fut la premiere fille native du comté de Vaudreuil à se faire religieuse. L’abbé Clément Séguin, né à Rigaud le 31 octobre 1851, fut le premier prêtre à être inhumé dans l’église paroissiale de Rigaud. Le frère Joseph Séguin, néa à Rigaud le 20 mars 1838 et décédé le 30 mai 1921 à l’infirmerie du collège Saint-Viateur, à Bourbonnais, dans l’Illinois, fut reconnu par les autorités compétentes d’Europe et d’Amérique comme l’un des plus brillants mathématiciens de son époque; il est l’auteur de la fameuse Monoformula publiét en 1893 et qui révolutionna alors complètement les méthodes employés dans l’enseignement de la géométrie.



    Extrait du contrat de mariage de François Séguin et Jeanne Petit
    Ancêtre de tous les Séguins.
    Notaire Frerot 21 Sept. 1672.



    Pour parvenir au traitte de Mariage quy au plaisir de dieu sera faict et cellebre en face de nostre mere saincte Eglise Catholique apostolique et Romaine entre francois Seguin dict la desroute h ante de boucherville fils de laurent Seguin et de Marye Massieu demeurant au bourg dondenbray (OnceBray) province de picardie Evesche de Beauvais d’une part et de Jeanne petit fille de Jean petit et de Jeanne gaudreau vivants dem. a la rochelle paroise de Ste Marguerite d’autre part.





    Armoiries de l’Association des Séguin d’Amérique

    On a retracé des armoiries de plusieurs famille Séguin anoblies dans de nombreuses provinces françaises. Mais notre ancêtre n’en avait pas. C’est pourquoi l’Association des Séguin d’Amérique a proposé et adopté en 1990 à Rigaud l’écusson suivant.



    DESCRIPTION HÉRALDIQUE

    Armes : D’argent à une bande jointe à six traverses et accompagnée au canton senestre d’une fleur de lis, le tout d’azur.

    Explication : Le fond de l’écu est argenté (blanc), tandis que la fleur de lis, la bande et les traverses sont d’azur (bleu). La forme de l’écusson est française du Xve siècle (découverte de l’Amérique). la fleur de lis symbolise la France de l,ancien régime (lieu d’origine). La bande centrale représente l’océan Atlantique que nos ancêtres ont traversés pour venir peupler l’Amérique. Les six traverses nous rappellent les premiers Séguin qui ont fait souche en Nouvelle-France (Charles, François, Guillaume, Jacques, Jean et Joseph.) Elle représentent aussi les première concessions accordées dans la Seigneurie des îles Percées par le Seigneur de Boucheville, dont une à François Séguin dit Ladéroute, l’ancêtre de la plupart des Séguin en Amérique. François Séguin était tisserand, le peigne sytlisé nous rappelle son métier.

    La devise : Force et générosité. Hier comme aujourd’hui, la force et la générosité sont la valeurs essentielles que pratiquaient nos ancêtres et que nous respectons toujours. C’est aussi un lien qui nous rattache à l’étymologie de Séguin qui signifie Amoureux de la victoire.


  • LYNE TOURANGEAU

    Il y a 5 ans

    Joyeuses fêtes à tous!

  • Francine Séguin

    Il y a 5 ans

    Bonjour, je suis Francine Séguin, fille de Fernand Séguin né à Chénéville en 1916, il est le fils de Théona Sabourin et Joseph Séguin.

  • Sylvie Faucher

    Il y a 5 ans

    Je mappele Sylvie Faucher et ma mère une hébert et sa mère Eva Séguin mariée a Louis Appollinaire de Gonzague Hébert.

  • Sylvie Séguin

    Il y a 5 ans

    Bonjour, je suis un descendante directe de François et Françoise Jeanne Petit. Mon père se prénomme Wilfrid et son père Henri. Alors cousins cousines je vous salut!

  • Eric Cloutier

    Il y a 6 ans

    Ma mere est Denise Gilberte Seguin, son pere Uldéric Séguin.

    • LYNE TOURANGEAU

      Il y a 6 ans

      Bonjour, dans votre lignée j'ai aussi des Lanthier,Raizenne, surtout beaucoup de séguin. Salut petit cousin!

    • Eric Cloutier

      Il y a 6 ans

      Ok...Voici se que j'ai. Denise Séguin a marié Richard Cloutier le 18 octobre 1969 les parents de Denise étaient : Aldéric Séguin et Jeannine Derouin Aldéric Séguin a marié Jeannine Derouin le 27 décembre 1937 les parents d’Aldéric étaient : Delphis Séguin et Léa Henri Dolphis? Séguin a marié Léa Henry? le 29 juin 1911 les parents de Dolphis étaient : Delphis Séguin et Théonille Lanthier Delphis Séguin a marié Théonille Lanthier le 2 octobre 1882 les parents de Delphis étaient : Frédéric Séguin et Emilie Céré Louis-Frédéric? Séguin a marié Emilie Cérée? le 26 février 1838 Les parents de Louis-Frédéric étaient : Louis Séguin et Hypolite Levac Louis Séguin a marié Hypolitte? Levac le 21 octobre 1811 Les parents de Louis Séguin étaient : Guillaume Séguin et Josephte Rouleau Guillaume Séguin a marié Josephte Rouleau le 13 février 1775 Les parents de Guillaume étaient : Louis Séguin et Marie-Anne Raizenne Louis Séguin a marié Marie-Anne Raizenne le 8 mai 1736 Les parents de Louis étaient : Jean-Baptiste Séguin et Geneviève Barbeau Jean-Baptiste Séguin a marié Geneviève Barbeau le 7 juin 1710 Les parents de Jean-Baptiste étaient : François Séguin et Jeanne Petit François Séguin a marié Jeanne Petit le 31 octobre 1672 Les parents de François étaient : Laurent Séguin et Marie Massieu Laurent Séguin a marié Marie Massieu le 14 juillet 1643 à Cuigy en Bray en France

  • LYNE TOURANGEAU

    Il y a 7 ans

    Le premier colon au nom de François Séguin dit Ladéroute(Soldat de Carignan CIE ST-OURS) épouse Françoise Jeanne Petit (Fille du roi) le 31-10-1672 à Boucherville.

    • André-Jean Séguin

      Il y a 6 ans

      Bonjour Lyne Tourangeau, Je voudrais rectifier une donnée concernant François Séguin aucun document ne vient soutenir l'information à l'effet qu'il était soldat du régiment de Carignan-Salières. Cette information est parti d'un article de Robert-Lionel Séguin et se répète depuis ce jour sans preuve aucune. André-Jean Séguin #027 membre de l'Association des Séguin D'Amérique.

    • Eric Cloutier

      Il y a 6 ans

      François Séguin a marié Jeanne Petit le 31 octobre 1672 Les parents de François étaient : Laurent Séguin et Marie Massieu Laurent Séguin a marié Marie Massieu le 14 juillet 1643 à Cuigy en Bray en France

    • annie emard

      Il y a 6 ans

      Je crois que ma fille a le même ancêtre. Je vais devoir regarder le livre afin de m'assurer que c'est le même!

    • LYNE TOURANGEAU

      Il y a 7 ans

      François Séguin dit Ladéroute est né en 1643 à D'ons-En-Bray diocese de Beauvais en Ile de France et décède à Longueuil en 1733.

  • Il y a 7 ans

    La famille SÉGUIN DIT LADÉROUTE a été créée.

Suivre cette famille

Vous êtes parent avec cette famille ? Ou simplement intéressé ?

suivez cette famille
27
membres suivent cette famille

En vedette

Voyez la capsule de la
famille de la semaine

Visionnez
la capsule

Situez votre famille dans l’histoire du Québec

Suggérez des contenus

Suggérez des photos, documents, articles, événements et lieux à l'administrateur de cette famille

Envoyez des
suggestions

Administrateur

Cette famille est administrée par :